Lorène de Ratuld, piano


Soliste, chambriste, Lorène de Ratuld aime se définir comme une musicienne plurielle, passionnée par les répertoires insolites et la musique moderne. Son enregistrement Dutilleux-Beffa paru chez Ameson a reçu le Coup de Cœur de la prestigieuse Académie Charles Cros.

Née en 1979, Lorène de Ratuld intègre le CNSM de Paris dans la classe de Brigitte Engerer en 1996 et y reçoit en 2000 le Prix de Piano (mention « Très Bien » à l’unanimité, première nommée). Elle poursuit ses études pianistiques avec Jean-François Heisser en cycle de perfectionnement, et obtient le Prix de musique de chambre dans la classe de Christian Ivaldi en 2002. Elle s’intéresse également à l’accompagnement vocal en le travaillant auprès d’Anne Grappotte (Prix mention « Très Bien » en 2004). Durant ses études, elle bénéficie des conseils de personnalités telles que Pascal Devoyon, Dominique Merlet, Idil Biret, Ferenc Rados, Vladimir Tropp, Vitaly Margulis et reçoit les précieuses recommandations d’Henri Dutilleux avant l’enregistrement de sa Sonate.

Elle remporte le 5ème Prix du Concours International de Piano Seiler en 2003 et se voit décerner plusieurs prix au Concours International Piano Campus 2004 : le Piano Campus d’Argent, le Prix de la SACEM, le Prix Universal Music Classics et le Prix Classica-Répertoire. Suite à ce succès, un disque « découverte » a été distribué dans le magazine Classica-Répertoire d’octobre 2004. En 2004 et 2005, l’Académie Internationale de Musique Maurice Ravel de Saint-Jean de Luz lui décerne plusieurs prix : Prix de l’Académie, Prix de la ville de Ciboure, Prix du musée Bonnat. En sonate avec la violoniste Geneviève Laurenceau, elle remporte le Premier Prix au concours de musique de chambre Musiciens entre Guerre et Paix grâce auquel elle découvre la musique pour violon et piano du compositeur Lucien Durosoir qu’elle enregistrera par la suite chez Alpha, disque récompensé par un Gramophone Recommends. En sonate à nouveau et avec la même partenaire, engagée comme elle dans la découverte d’œuvres ou de compositeurs méconnus, elle participe à deux enregistrements consacrés respectivement à André Gedalge (Polymnie) et à Olivier Greif (Saphir). De ce dernier, elle crée sa Sonatine en Concert à Toulouse.

En musique de chambre ou en soliste, Lorène de Ratuld se produit dans les grandes salles parisiennes : Gaveau, Cortot, Cité de la Musique, Musée de l’armée des Invalides, BNF, Archives Nationales. Elle est l’invitée d’importants festivals : Rencontres Internationales Frédéric Chopin, Fêtes Romantiques de Nohant, Orangerie de Sceaux, Matinales d’Arles, Piano à Auxerre, Piano en Saintonge, Festival Georges Cziffra, Serres d’Auteuil, Piano en Valois, Journées Ravel à Montfort L’Amaury, Les Musicales de Mortagne, Festival Pianokosmos… À l’étranger, elle a été produite par le Festival de Salzbourg, le Festival de la Ruhr, les Midis-Minimes en Belgique, le Chopin-gesellschaft à Darmstadt, le Cluj modern festival en Roumanie…

Régulièrement sollicitée par France Musique et France Culture, Lorène de Ratuld a notamment joué à plusieurs reprises pour l’émission “Dans la cour des grands” (France Musique). À la télévision, elle a enregistré pour ARTE et la chaîne LCI lui a consacré un portrait en 2005. Depuis le début de sa carrière, elle s’applique à diversifier ses projets artistiques : elle a côtoyé le monde du théâtre avec un spectacle autour de l’œuvre de Primo Levi Si c’est un homme et le Quatuor pour la fin du temps de Messiaen, et celui de l’improvisation en s’associant au pianiste et compositeur Karol Beffa dans des programmes croisant interprétations et improvisations. Ses rencontres diverses elles aussi l’ont amenée à enregistrer avec quatre autres pianistes, Geoffroy Couteau, Emmanuelle Swiercz, Stéphanos Thomopoulos, Frédéric d’Oria-Nicolas l’intégrale des Sonates de Scriabine avec le soutien du Mécénat Musical Société Générale et de Yamaha. Aujourd’hui, elle découvre le répertoire du piano à quatre mains avec la pianiste Sophie Dumont. Dans le domaine de la création, elle est dédicataire d’œuvres de Karol Beffa, Jacques Boisgallais et Félix Ibarrondo, et joue régulièrement les œuvres de Nicolas Bacri. En 2006 elle a reçu le « Coup de Cœur » de l’Académie Charles Cros pour son enregistrement consacré à Henri Dutilleux et Karol Beffa.