Jacques Saint-Yves, Violon


L’engagement musical de Jacques Saint-Yves est riche de rencontres, de confrontations artistiques auprès de musiciens d’origines culturelles très différentes.
Très attaché au répertoire musical occidental, jusqu’aux créations contemporaines, il est violon solo de l’ensemble 2E2M de 1993 à 1998, et crée de nombreuses œuvres en tant que soliste et partenaire de musique de chambre, dont plusieurs lui sont dédiées.
Il s’engage alors au sein de productions artistiques, concerts et spectacles vivants, tant en France qu’à l’étranger, auprès d’instrumentistes, de compositeurs mais tout autant d’acteurs, mimes, danseurs et metteurs en scène.

En Asie, Asie mineure, Asie centrale (Japon, Corée du Sud, Corée du Nord, Cambodge, Afghanistan, Géorgie, Turquie, …), dans les pays du Maghreb (Algérie, Maroc, …), Amériques (USA, Brésil, …) mais également en France (collaboration avec la Péniche-Opéra), il est appelé auprès de musiciens classiques, traditionnels, musiciens de jazz, en tant que partenaire et responsable de productions, créations artistiques et collaborations pédagogiques. Ces rencontres multiples, confrontations de traditions musicales écrites, orales et improvisées, renouvellent à tout moment le regard qu’il porte sur la richesse du répertoire musical occidental.

Depuis l’année 2010, il est particulièrement présent auprès de l’Orchestre de Chambre du Luxembourg en tant que violon solo, co-direction musicale et direction artistique.
Lauréat du Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris (1er Prix de violon, musique de chambre, harmonie, contrepoint, fugue,…), il partage une intense activité pédagogique au sein de structures d’enseignement supérieur (CRR et CNSM de Paris, Université Paris IV La Sorbonne,…) en tant  que professeur de violon, musique de chambre, écriture et analyse musicale, harmonie au clavier et direction d’ensembles instrumentaux.

Il est invité dans de nombreuses  écoles et universités (France, USA, Corée,…) pour des stages et master classes.
Le Prix Georges ENESCO, décerné tous les 2 ans par la SACEM, honorant l’ensemble de l’activité internationale d’un violoniste français, lui a été remis en 1996 lors de l’enregistrement de la Sonate pour violon solo de Bartók (AGON 1996).