Emmanuelle Naharro, Chant

Emmanuelle Naharro est une soprano d’origine espagnole dont le registre éclectique va de l’Opéra à la musique de la renaissance en passant par l’Opérette, le théâtre musical, l’oratorio et les créations originales.

Elle découvre la scène dès l’âge de 10 ans, dans La Dame de Pique de Tchaikovski à l’Opéra Bastille sous la direction de Myung-Whun Chung. Après une formation musicale complète à la Maîtrise de Radio France s’associant aux nombreuses représentations placées sous la direction des chefs les plus prestigieux (Seiji Ozawa, Georges Prêtre, James Conlon, Yutaka Sado) et l’obtention d’une licence en Musicologie à la Sorbonne, elle rejoint en 2001 le Jeune Chœur de Paris sous la direction de Laurence Equilbey. Cette même année, Elle chante le rôle d’une israélite dans Esther de Jean Racine à la Comédie Française.

Elle participe à de nombreuses créations, elle est Myriam à l’Auditorium Bastille dans le spectacle pour enfants En Italique de Coralie Fayolle et de Jean François Maenner, elle crée le rôle de Cathy dans Le terrain vague de Benjamin Hamon au Théâtre du Rond Point et elle est la Séraphine dans Les Surprises de l’enfer d’Isabelle Aboulker au théâtre Darius Milhaud.

En Opéra, elle interprète Lauretta dans Gianni Schicchi sous la direction de Daniel Navia, Poppea dans L’incoronazione di Poppea sous la direction d’Alex De Valera et le rôle titre dans Ester de Jose Maria Ponce de Leon sous la direction de Rondy Torres.

En Opérette et Opéra comique, elle est le rôle titre dans Véronique (Messager), Sylvabelle dans l’Auberge du cheval blanc (Benatzky) sous la direction de Thierry Stallano, Pauline dans La Vie Parisienne (Offenbach) sous la direction de Bruno Conti, Clairette dans La Fille de Madame Angot(Le coq) sous la direction de Bruno Membray et la Belle Hélène dans La Belle Hélène (Offenbach) sous la direction de Romain Dumas.

En oratorio, elle interprète les Vêpres de Monteverdi sous la direction de Jean Marc Labylle le Stabat Mater de Pergolèse, la Petite messe solennelle de Rossini et Le Roi David d’Arthur Honneger sous la direction de Françoise Macciocchi de l’Opéra Bastille.

Depuis 2001, elle se produit avec l’ensemble Non Papa sous la direction de Clément Le Brun et crée de nombreux spectacles autour de la musique de la renaissance (entre autres Les Cris de Paris mis en scène par Frédéric Kontogom élu coup de cœur du festival Ici et Demain de la mairie de Paris.)

Elle affectionne particulièrement le répertoire espagnol et chante régulièrement depuis 2007, avec L’Opérita Trio un programme consacré à la musique hispanique intitulé Du Guadalquivir au Rio de la Plata. En 2010, elle est aussi Juanita dans un spectacle d’Olivier Ayault España Juanita au théâtre du Tambour Royal.

Depuis janvier 2011, elle est invitée par Roberta Di Pascuale à rejoindre le Bidiboum quartet, quartuor féminin qui revisite tout genre de musique avec humour et décalage.

Cette même année, elle réunit autour d’elle des artistes issus de diverse sensibilités, le metteur en scène Bernard Mallek, l’artiste peintre Jean Marc Paumier, le baryton Olivier Kontogom, l’acteur Raphael Mallek et la pianiste Sophie Partouche afin d’offrir au public un voyage ludique dans le monde de l’opéra et crée le spectacle C koi ça l’Opéra?

Sa passion pour la pédagogie l’amène également à travailler dans divers projets. Elle est invitée par Katerine Durouchoux à diriger un atelier artistique «chant» durant l’année scolaire 2005-2006 dans la chorale A Tre Voci au sein du collège Jeanne d’Arc à Colombes et en septembre 2007, elle anime également un atelier sur la Comédie Musicale Hollywoodienne dans le cadre de l’Abbaye aux enfants de la fondation Royaumont. Durant l’année scolaire 2012-2013, à l’initiative de Marylin Pacouret, elle crée avec Jean Marc Paumier et Bernard Mallek et la participation de 300 élèves de l’école élémentaire Flachat le spectacle Si l’histoire m’était contée… au fil du chant.