Marion Borgel

 

Violoniste et Altiste, née en France en 1989.

Marion Borgel commence ses études musicales au Conservatoire de Grenoble et se forme auprès de Jean Lenert à Paris où elle obtient son diplôme de violon Supérieur à la Schola Cantorum en 2010. C’est à la Schola qu’elle débute l’alto sous les conseils de Pierre Lenert, alto solo de l’Opéra de Paris.

Elle étudie ensuite au Conservatoire Royal de Bruxelles dans la classe de Shirly Laub et obtient son diplôme de Master Spécialisé violon avec distinction en 2015, et l’année suivante son Master Didactique violon avec distinction au Conservatoire Royal de Mons.

Lauréate du concours de sonates du Lions Club Grenoble Olympique en 2000, du concours du jeune musicien de la ville de Lempdes en 2001, du concours de Musique et d’Art Dramatique Léopold Bellan (Paris) en 2002, ainsi que du concours de Musique d’ensemble de la ville de Kaunas (Lituanie) en 2006.

Marion Borgel acquiert très tôt une expérience orchestrale en se produisant dans divers ensembles tels que l’Orchestre Scherzando dirigé par sa tante Nathalie Borgel, l’Orchestre des Jeunes de Montpellier et le Schola Chamber Orchestra dirigés par Jean Lenert, avec la compagnie Opus-Opéra au festival de Gattières; en Belgique avec l’Antwerp Symphony Orchestra dont elle participe à une session dirigée par Philippe Herreweghe, avec l’Orchestre du Festival de la radio Musiq3 (Flagey) dirigé par Shirly Laub, avec l’Orkest Frascati, Symphonia Assai; ainsi qu’en Suisse avec l’ensemble Microcosme parrainé par Patrice Fontanarosa.

Ces expériences l’ont conduite à se produire dans des salles prestigieuses telles que la salle Gaveau, l’église St Roch à Paris, la salle Molière à Lyon, l’opéra comédie à Montpellier en France, Bozar, Flagey, De Singel en Belgique; et de travailler avec des artistes de renommée internationale tels que Philippe Herreweghe, Patrice Fontanarosa, Benoit Fromanger, Juliette Hurel, Thierry Caens, Jean-Bernard Pommier, le saxophoniste jazz Steve Houben, ainsi que Robert Black et David Cossin du groupe minimaliste américain Bang on a can.

Passionnée par la place d’alto au sein du quatuor à cordes, elle fait partie durant 5 ans du Quatuor Xérès avec lequel elle reçoit l’enseignement de Guy Danel, Muhiddin Dürrüoglu et de Vaclav Remes du Quatuor Prazak. Avec le Quatuor Xérès, elle remporte le 1er prix du concours de musique de chambre de la Fondation Horlait-Dapsens et se produit dans de nombreux concerts de salon à Bruxelles.

En Juin 2016, elle devient membre de l’ensemble Fractales et s’engage dans la création contemporaine au violon et à l’alto. Ensemble émergent de la scène européenne en tant qu’acteur de l’avant-garde contemporaine, Fractales compte aujourd’hui une cinquantaine de créations à son actif par des compositeurs du monde entier dont notamment Claude Ledoux, Pierre Bartholomée, ou encore Jean-Pierre Deleuze. L’ensemble a été invité par de nombreux festivals tels que la Biennale de Venise, le festival Nuova Consonanza en Italie, le festival reMusik à St Petersbourg (Russie),  Ars Musica (Belgique), le festival Afekt (Estonie) et a joué dans de nombreux pays.

L’ensemble a été récompensé par les prix Willem Twee, Fondation Vocatio et “Just Composed” de l’Université de Vienne. Depuis 2018 il est invité comme ensemble en résidence du festival ISA (Autriche) pour les master classes de musique contemporaine.

Chambriste active, elle est régulièrement appelée à jouer au violon et à l’alto au sein de divers ensembles en Belgique notamment avec l’orchestre flamand ensemble Ataneres. Depuis 2015, elle est membre de l’orchestre Est-Ouest avec lequel elle se produit dans le spectacle « Pierre et le Loup » de S. Prokofiev raconté par l’humoriste belge Alex Vizorek et illustré par Karo Pauwels. Depuis 2018 elle collabore également avec le Candide Orchestra et la compagnie Ars Lyrica dirigés par Patrick Leterme avec lesquels elle se produit aux Festivals de Wallonie et en tournée en France et en Belgique pour les comédies musicales « Les Parapluies de Cherbourg » et « Chantons Sous La Pluie ».

Passionnée par la transmission de la musique, elle reçoit grâce à son cursus didactique au Conservatoire Royal de Mons l’enseignement de Françoise Regnard et Claude-Henry Joubert, et fait son Mémoire sur « L’Image Mentale du mouvement ». Après un remplacement à l’Académie de Mons en 2016, elle succède au poste de Monique Deside durant deux ans à l’Académie de Musique d’Uccle en enseignant le violon et l’alto.

Aujourd’hui elle est intervenante en tant que professeur de violon et d’alto dans le projet pédagogique et social DEMOS parrainé par la Philharmonie de Paris à St Quentin en France depuis 2016. Elle enseigne également en privé et au sein d’IDEAM asbl depuis Septembre 2017 à Bruxelles.

Par ailleurs, elle a suivi plusieurs formations autour de la corporalité liée à la pratique instrumentale, notamment la méthode Mézières avec Marie-Christine Mathieu à Grenoble, la méthode Feldenkreis, la méthode Résséguier, et depuis 2015 elle suit la méthode Alexander avec Athanase Vettas à Bruxelles.

Laurence Bretagnon

Laurence Bretagnon est professeur de violon au CRD Issy-Vanves depuis 1997. Elle a débuté le violon à l’âge de 8 ans, son cursus se poursuit en classe à horaires aménagés au CRR de Boulogne-Billancourt dès 11 ans, dans les classes de Agnès Reverdy, Jean Lenert et Suzanne Gessner.

Sa technique s’enrichit également d’une autre tradition, celle de l’école russe initiée par Leopold Auer, auprès d’Aramis Liagre, lui-même élève de Gotkovsky.

Parallèlement, sa formation générale se complète d’études en économie à l’Université de Paris I Panthéon-Sorbonne. Mais après la licence, c’est le violon et son enseignement qui l’emportent.

En 1999, elle crée l’association Recrescendo, tournée vers les très jeunes enfants. Grâce à sa formation de chef de chœur, elle intervient également dans les écoles primaires, dirigeant des chorales regroupant parfois jusqu’à 300 enfants.

Passionnée de pédagogie, elle s’inspire de différentes méthodes comme celles de Ishuni Suzuki, Paul Rolland, Yehudi Menuhin… L’élève est au centre de son enseignement, caractérisé par une adaptation permanente aux personnalités, dans le souci du développement et de l’épanouissement (musical) de chacun. À sa passion des autres et de la transmission s’ajoutent toute l’exigence, la rigueur, la patience nécessaires pour obtenir le meilleur de chaque élève.

Nadja Nevolovitsch, violon

 

Praised by the press for her high musical sensitivity and purity of interpretations, violinist Nadja Nevolovitsch performs regularly in famous concert halls, such as De Singel in Antwerp, Palais des Beaux Arts in Brussels, Concertgebouw in Bruges, Casa da Musica in Porto, Victoria Hall in Geneva, Philharmonia in St. Petersburg and the Performing Arts Center in Tel Aviv.

Nadja made her debut as a soloist with St. Petersburg State Symphony Orchestra at the age of 11. Since then, she has performed with numerous orchestras, including the Lithuanian National Orchestra, Brussels Philharmonic Orchestra, Norddeutsche Philharmonie Rostock, New Russia State Symphony Orchestra, Baden-Badener Philharmonie, Camerata Menuhin, Harmos Festival Orchestra and has worked with conductors such as Rudolf Werthen, Shlomo Mintz, Dirk Vermeulen, Ronald Zollman, Andrej Petrenko and Ivo Venkov.

Highlights of the season 2014/2015 include her debut at Konzerthaus Berlin and the release of her new CD with Peter Van de Velde.

Nadja Nevolovitsch won numerous prizes at international competitions such as the Henri Wieniawsky competition in Poland and the Toshiya Eto competition in Tokyo. She won 1st prize at the national German competition “Jugend musiziert” in 2001 and had successes in 3 consecutive competitions in 2005, a year in which she won 2nd prize as well as the children’s jury prize and the special prize for the best interpretation of a contemporary piece at the Sion-Valais international competition in Switzerland, the 2nd prize, audience prize and several special awards at the Queen Sophie Charlotte international competition in Germany and 1st prize at the European Competition for Young Soloists in Luxembourg.

An enthusiastic chamber musician, Nadja Nevolovitsch was the 1st violinist of the Menuhin Academy string quartet in 2011. That same year, she won the 1st prize and the audience prize at the Chamonix-Mont-Blanc quartet competition in France.

She has performed with artists including Yuri Bashmet, Lynn Harrell, Thomas Brandis, Evelinde Trenkner, Diemut Poppen, Martin Ostertag, Máté Szücs and Viktoria Lakissova and has appeared at renowned festivals, including Festival International de Musique Sion-Valais in Switzerland, Chamber Music Connects the World in Kronberg (Germany), Scharwenka festival in Szamotuly (Poland) and Internationales Lübecker Kammermusikfest in Germany, where she has been regularly invited to perform various unknown works over the past few years.

From her early childhood, Nadja Nevolovitsch has formed a duo with her sister Marianna Nevolovitsch (piano) and since 2010 she has also joined forces with organist Peter Van de Velde, with whom she recorded her latest CD: “Encounters” (Aeolus, 2012). The album received excellent reviews.

Born in St. Petersburg into a family of musicians, Nadja Nevolovitsch started playing the violin at the age of 6. After her first years of education at the Specialized Music School for gifted children in St. Petersburg, she moved to Germany with her family. There, she entered the class of Zakhar Bron in Lübeck. She would later also study with Anna Netchiporouk-Bron, Thomas Brandis and Liviu Prunaru.

From 2004 to 2008, Nadja studied with Igor Oistrakh at the Royal Conservatory in Brussels where she obtained her Masters degree with greatest distinction, followed by the soloist degree (Konzertexamen) in 2013 at the Hochschule für Musik und Theater Rostock, where she attended Petru Munteanu’s class. She received further musical impulses and guidance from Ivry Gitlis.

In the period 2008-2009, Nadja Nevolovitsch was a teaching assistant with Igor Oistrakh at the Royal Conservatory of Brussels. In the past few years, she has given masterclasses at the “Pipes for Peace” festival in Cairo and at the Rimsky-Korsakov Academy in Brussels, where she has been a guest-teacher since 2012.

Nadja Nevolovitsch currently plays a violin by Camillus Camilli, made in Mantua in 1731, which she received on loan from the German musical instrument foundation “Deutsche Stiftung Musikleben”, Hamburg.