Bernard Zinck, Violon

Après avoir obtenu deux premiers prix de violon et de musique de chambre au CNSM de Paris, Bernard Zinck se perfectionne à la Juilliard School de New York grâce au soutien de la fondation Fulbright. Il y obtient un Bachelor et un Master en musique. Sa solide formation académique parachevée par un doctorat obtenu à l’Université Temple de Philadelphie lui permet d’enchaîner les postes de chef du Département des Cordes aux universités du Nouveau-Mexique et du Wisconsin à Milwaukee, où il enseigne depuis 2003. Le Civic Music Association de Milwaukee lui décerne en 2018 le prix du “Pédagogue de l’année”.

Bernard Zinck est directeur artistique de Musiques et Vignes en Confluence et du Lakeside Chamber Music Workshop, un stage de musique de chambre pour musiciens adultes se déroulant sur le campus du Lake Forest College près de Chicago. Il fait aussi partie de l’équipe pédagogique de l’Académie des Arts à Flaine et a récemment donné des masterclasses en tant qu’Artiste Invité par l’Eastern Music Festival en Caroline du Nord.

Le prix 1992 de la Fondation Menuhin l’introduit sur la scène musicale. Soliste et musicien de chambre, il joue dans les festivals comme les Flâneries de Reims, Grange de Meslay, Paris-Montmartre, Radio-France Montpellier, Musiques à Crozon, Rencontres Musicales de Calenzana, (France), Tuscia Operafestival, Szymanowsky en Sicile, Florence Estival (Italie), Irish International Academy of Music (Irlande), Dance Brighton Arts (Angleterre), Zakopane (Pologne), Santa Fe, Bowdoin, Washington (USA), et le Festival International de Musique de Chambre de Paraíba (Brésil). Il est invité en soliste par les orchestres nationaux de Hongrie, de Bohême, de Roumanie, l’Orchestre National de la Garde Républicaine avec lequel il donne la première audition européenne du Concertino pour cordes de Vissarion Chébaline, l’Orchestre Symphonique de Tours, le New Mexico Symphony Orchestra et le San Juan Symphony Orchestra (USA), et les orchestres de Porto Alegre, Unisinos, Caxias et Camargo Guarnieri au Brésil.

Bernard Zinck s’est fait applaudir sur des scènes prestigieuses comme le Théâtre du Châtelet et l’Athénée Louis Jouvet à Paris, le Carnegie Recital Hall de New York, la National Gallery de Washington, le Centre Culturel et la Cathédrale St James de Chicago, l’Oji Hall de Tokyo, l’Académie Franz Liszt de Budapest, la Basilique San Clemente de Rome, le Mozarteum de Salzbourg, ou la Sala Cecília Meireles de Rio de Janeiro. Résidant près de Chicago, Bernard Zinck joue régulièrement dans les nombreuses salles de concert de cette ville et son concert dans le cadre de “Rush Hour Summer 2008” fait partie d’un documentaire présenté sur la chaîne nationale américaine NBC, dans l’émission Nightly News with Brian Williams. Il s’est aussi produit dans les émissions “Musiques au Coeur” et “Dimanche Martin” et sur les programmes radiophoniques de France Musique, WFMT (Chicago) et Wisconsin National Public Radio.

Depuis les années quatre-vingt-dix, Bernard Zinck donne aussi de nombreux concerts en formation violon et orgue. Au sein de cette formation, il joue régulièrement en France, en Suisse et aux États-Unis. Bernard Zinck ne cherche ni à démontrer gratuitement sa virtuosité, ni à épancher complaisamment sa sensibilité. « Authenticité », « justesse impeccable hors du commun », ces qualités majeures relevées par le Strad Magazine, Fanfare ou Strings Magazine vont de pair avec une sonorité ronde et chaude – Pierre Petit parlait de « violon solaire » – “des aigus d’une pureté bouleversante, des graves poignants comme un alto”. Reconnu par la presse internationale comme l’interprète idéal de la musique impressionniste après son enregistrement très remarqué de l’intégrale pour violon-piano de Szymanowski, il refuse néanmoins toute spécialisation et aborde avec un égal bonheur tous les répertoires. Sa thèse de doctorat sur la technique violonistique du Chevalier de Saint-George fait de lui un spécialiste de la musique française du XVIIIième siècle.

Il a enregistré pour Musical Heritage Society et Ligia Digital (Szymanowski et Live from France), et pour Vienna Modern Masters (Uncommon Voices). En 2016 et en 2021, il écrit pour Strings Magazine et The Strad deux articles sur les pathologies dysfonctionelles du musicien.

Parrainé par la fondation Wanda Bass, Bernard Zinck joue sur le “Fiebelman”, un violon de Jean-Bapstiste Rogeri daté de 1690. Depuis 2018, il réside aussi une partie de l’année à Candes St Martin.

www.bernardzinck.com