François Lemonnier, Trombone

François LEMONNIER est un artiste curieux de tous les styles musicaux. Ses études au Conservatoire de Rouen puis au Conservatoire National Supérieur de Musique de Lyon, ainsi que l’obtention d’un prix international de soliste en Australie lui ont permis d’être un tromboniste recherché dans des contextes très divers. Ainsi il collabore avec de nombreux grands orchestres classiques, comme l’Orchestre National de France, l’Orchestre des Concerts Lamoureux, ou encore I Solisti Veneti, orchestre de chambre italien mondialement connu. Il partage la scène avec de nombreux artistes ; M. Rostropovitch, James Galway, les maestros Riccardo Muti, Georges Prêtre… Il est aussi impliqué dans de nombreuses créations, est membre pendant une dizaine d’années de l’Ensemble 2e2m, et fait des concerts avec les plus importants ensembles de musique contemporaine. Dans le même temps il fait partie du monde du jazz et des musiques improvisées, joue et enregistre avec des musiciens européens et américains comme Albert Mangelsdorff, Michel Legrand, Dee Dee Bridgewater… Il est compositeur, membre de la SACEM.

Trois disques sont récemment sortis sous son nom :

  • « Trio Fatal, Space Way Messenger » en 2013 avec Biggi Vinkeloe et le batteur Peeter Uuskyla (Hôte Marge/Futuramarge).

  • « François Lemonnier & Raphaël Lemonnier, Come Again » en 2013 avec le pianiste Raphaël Lemonnier (Blue Marge/Futuramarge).

  • « JADE, New Spiritual Music » en 2015, avec Biggi Vinkeloe, Karin Nelson à l’orgue, Maria Forsström, mezzo soprano chef de chœur et The Volcanic Choir (Futura Voix/Futuramarge).

  • « Misterioso » sorti en décembre 2017 chez Naxos/Proprius, duo avec l’organiste suédoise Karin Nelson..

L’écrivain Jean-Pierre Milovanoff a dit de lui :

« Un grand artiste surprend toujours. François Lemonnier, au sommet de son inspiration et de son art, ne force jamais le trait, il n’a rien à prouver. Sa virtuosité indépassable est une source. Elle libère un foisonnement d’inventions qui se renouvelle. Chacune de ses performances allie profondeur et fulguration. Il atteint en (se) jouant, cet état de grâce que Nietzsche célèbre dans le GAI SAVOIR : Celui-ci s’élève, mais celui-là est déjà en haut, il vient d’en haut. »